"Le Parlement [européen] a besoin d’un système électoral et d’une organisation interne à la hauteur de ses nouvelles prérogatives. Par dessus tout, il a besoin d’une place renforcée aux yeux du public. [...] Pour l'heure, la quête de la légitimité politique se heurte à la baisse continue de la participation aux élections, à la faible couverture médiatique, à l'apathie des partis politiques et même à la jalousie latente de certains Parlements nationaux face au renforcement de ses pouvoirs.”

Rapport Andrew Duff sur la réforme électorale du Parlement européen, mai 2010


Un taux d’abstention massif est annoncé encore une fois aux élections du Parlement européen (PE) prévues du 22 au 25
mai 2014, alors que celui-ci est en hausse constante depuis que le PE est directement élu par les citoyens (1979) : en 2009  en effet , il s’était élevé à plus de 56%. Le Traité de Lisbonne de 2007 avait pourtant eu comme objectif de renforcer la démocratie représentative en rapprochant les citoyens du processus décisionnel européen. Le PE, qui représente les peuples des Etats membres de l’Union européenne (UE), exerce aujourd’hui des fonctions législatives et budgétaires (en coopération avec le Conseil des ministres) et une fonction de contrôle de l’exécutif européen (la Commission européenne)