« Notre société est de plus en plus dépendante de technologies permettant le traitement de quantités énormes de données personnelles. La surveillance électronique est monnaie courante par les techniques de profilage et le recours aux 'big data' qui mettent notre vie privée à l'épreuve. La réforme du cadre légal de la protection des données constitue une occasion à ne pas manquer pour rétablir l'équilibre et garantir ce droit fondamental pour tous les citoyens de l'UE pour les générations à venir. » Peter Hustinx, Contrôleur européen de la protection des données (CEPD), Communiqué de presse du 20 mars 2013.


Espionnage gouvernemental, surveillance des citoyens ordinaires par le logiciel PRISM, pillage des données privées et personnelles via des techniques de profilage : l’atteinte à la protection des données portée par les services de renseignement se combine à une autre, plus diffuse et intrusive, incarnée par la technique du Big Data. L’extraction, le stockage et la mise en corrélation des informations personnelles et privées à partir d'une variété de sources en ligne et hors ligne permettent de construire des profils, source de profits économiques et sociaux, mais aussi de menaces pour la vie privée.