« Le rôle de l'ESA (Agence Spatiale Européenne) n'est pas de faire de la science en soi, mais plutôt de développer des technologies spatiales pour faire de la science. Ce ne sont ni le directeur général ni les dirigeants d’autres agences qui décident du type de mission à conduire, mais bien les scientifiques eux-mêmes. Le processus est piloté par des scientifiques. Les chercheurs veulent étudier l'origine de l'univers ou la formation des étoiles ... et nous devons inventer la technologie pour le faire. »

Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’Agence Spatiale Européenne (ESA),14 octobre 2013.


Le secteur spatial, parce qu’il fournit des applications militaires et civiles (TV, internet ou la géolocalisation) ayant des effets d’entrainement pour des secteurs clés de l’économie, est un secteur clef. L’Agence Spatiale Européenne (ESA), pilier de la recherche spatiale, pilote plusieurs grands projets, comme les programmes de télécommunication spatiale, et ses applications : la navigation par satellite avec le programme Galileo et la robotique avec l’exploration du système solaire. Après un démarrage chaotique dans les années 2000, l’Union Européenne a lancé en 2011 une stratégie spatiale européenne ambitieuse, parallèlement à l’entrée en scène des BRICS sur ce marché. Alors que les réalisations concrètes soulignent les succès du complexe spatial européen, les synergies attendues dans les domaines militaire, scientifique et industriel sont freinés par une insuffisante coopération entre les États membres et des moyens techniques et financiers qui ne sont pas à la hauteur des ambitions.