L’évolution de la transmission de l’information grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et Internet permettent à une grande partie de la population européenne d’avoir un large accès au savoir et aux actualités au-delà des frontières nationales et européennes. Aujourd’hui, de nombreuses causes citoyennes sont relayées sur Internet ainsi que sur les réseaux sociaux qui jouent un rôle primordial dans l’opinion publique.

La tendance actuelle est largement en faveur d’une protection de l’environnement et des ressources naturelles. De plus en plus de personnes commencent à adopter les gestes courants pour sauver la planète mais encore une fois, ce n’est jamais assez. L’Union Européenne se lance aussi dans la bataille pour préserver la nature et s’est fixée comme rôle de la protéger. L’effort commun produit par les dirigeants européens montre leur volonté d’intervenir pour assurer la survie de l’environnement.

Cette résolution a été débattue lors de la Session AEC à Sézanne, 14 mars 2013

Terminologie

TICLes TIC regroupent l'ensemble des outils mis en place pour produire et faire circuler de l'information. Ils sont notamment présents dans trois grandes catégories :
  • - les télécommunications incluant la téléphonie mobile ou encore le système GPS
  • - l'électronique : les composants, l'équipement grand public (téléviseurs etc.)
  • - Internet

Effet de serrePhénomène naturel important pour la survie de la planète, l’effet de serre permet de garder une température moyenne et stable sur l’ensemble de la planète grâce à la captation des rayons solaires à l’aide de certains gaz présents dans l’atmosphère (vapeur d’eau ou encore le dioxyde de carbone (C02)).

Réchauffement climatiqueL’industrialisation dans le monde a marqué le début de l’exploitation en masse des énergies fossiles. Leurs utilisations pour faire fonctionner les différentes industries, le développement des transports ou encore l’agriculture sont venues gonfler les émissions de gaz à effet de serre. L’effet de serre produit naturellement couplé à celui de l’activité humaine rend l’atmosphère d’autant plus résistante à la fuite des rayons de soleil, ce qui engendre un réchauffement plus important.

 

La sensibilisation des citoyens en créant des campagnes publicitaires engageant les humoristes populaires. Ces campagnes encourageront le partage des fichiers dans les médias et les réseaux sociaux, et mettront en valeur la question environnement au cœur de l'agenda politique et citoyen.

  • Malo
    Nous attendons le retour de l'art engagé ou de l'artiste engagé !

Développer les transports en commun, y compris dans les zones rurales, pour dynamiser les économies locales (moins polluantes) et réduire les émissions de polluants (dont gaz à effet de serre), tout en prenant en compte les écosystèmes et les populations (pas d'infrastructures nuisibles).

  • Paola Penanhoat Maugrion
    De telles mesures serviraient non seulement dans un aspect pratique et direct mais permettraient aussi peu à peu de développer du lien social à la base d'initiatives citoyennes locales (parfois très efficaces). Dynamiser les zones rurales et ainsi responsabiliser les citoyens dans la vie de la communauté. Faisons confiance au "local"!

D'économiser les énergies à travers la mise en place de taxes européennes pour les établissements publics et les industries les plus polluantes et l'instauration de bonus pour les foyers éco-citoyens européens afin d'encourager la rénovation des anciennes installations.

  • Jeune Conservateur
    Nous savons tous à quel point les taxes visant les entreprises polluantes en mettant en place un quota d'émission de CO2 fut un fiasco total. Cela a créer un marché intolérable ou les entreprises les plus polluantes achetaient les crédits d'autres industries qui n'avaient pas utilisées totalement leurs crédits. Si nous menons une politique trop répressive vis à vis des industries lourdes, cela provoquera des délocalisations supplémentaires alors que ces entreprises sont rentables.
  • Malo
    Cependant si on veut réellement mettre en place une politique en faveur du développement durable et la protection de l'environnement il faut mener une politique répressive ! Les taxes environnementales sont trop peu présentes au sein de l'espace européen, instaurer une telle mesure permettrait d'une part de responsabiliser les entreprises et de dégager des fonds pour investir en faveur de la recherche pour le développement durable. Pour contrer les délocalisations, l'Union européenne a déjà la solution qui est en train d'être mise en place, le principe de réciprocité. Les entreprises qui exportent en Europe se voient attribuer une taxe équivalente à celle des entreprises de l'UE, si ces entreprises n'ont pas été taxé dans le pays de production. Je vote pour !

Favoriser les associations et les ménages dans l'acquisition de sources d'énergies renouvelables (biomasse, biogaz, éolien, solaire thermique et photovoltaïque, hydraulique, marémotrice, voir même humaine/animale) décentralisées (déconnectées des entreprises comme EDF), maillées en réseau(x) et non-marchandes.

La diminution du gaspillage intensif des ressources en encourageant le renouvellement d'éclairages automatiques et économiques dans les établissements publics et en encourageant la restriction d'usage électrique des monuments des grandes capitales européennes.

Donnons-nous comme objectif qu'en 2020, tous les transports en commun dans les villes de plus de 100.000 habitants rouleront à l'électricité ou à l'aide de carburant non-polluant.

  • Gabriel Plathey
    Les voitures électriques posent de gros problèmes. Elles dépendent de la production (électrique, of course) souvent nucléaire, engendre des surconsommations (instabilité du réseau), génère de forts polluants dans la fabrication et le traitement des batteries, etc ...
  • Gabriel Plathey
    Le biogaz semble être une meilleur réponse puisqu'il peut être auto-produit par la population citadine (via ses déchets organiques).
Your Answer

Please login first to submit.