2013 avait été désignée « Année européenne des citoyens », un moyen pour la Commission européenne de faire connaître aux citoyens européens les droits attachés à la citoyenneté européenne…
Et une opportunité pour les associations regroupées dans l’Alliance pour l’Année européenne des citoyens (EYCA) de défendre et promouvoir une citoyenneté européenne active, à l’instar du PEJ-France qui s’est impliqué dans EYCA en France.
Durant l’année 2013, les membres d’EYCA, des associations de toute l’Union européenne, ont travaillé ensemble pour élaborer des propositions qui visent à renforcer la  « citoyenneté démocratique européenne ».

 

 

 

La « citoyenneté démocratique » : kézako ?
C’est le Conseil de l’Europe qui a définit cette notion. En gros, la citoyenneté démocratique c’est considérer la « citoyenneté comme un ensemble de droits civiques, politiques et sociaux et comme une pratique politique permettant de générer un sentiment d’appartenance » (Stanford Encyclopedia of Philosophy).

 

 

 

Et finalement, elles veulent quoi les associations de EYCA ?
Il y a près d’une centaine de propositions formulées par les membres de EYCA, mais on en a choisi quelques-unes rien que pour vous (#sympa) :

 

 

IMAGE 1
 L’Alliance exhorte les institutions européennes à assurer un accès égal et effectif pour tous à l’éducation et à la formation professionnelle et continue en assurant notamment la possibilité de recevoir gratuitement l’éducation obligatoire, comme prévu par la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (art.14).

 

 

 IMAGE 2
Au-delà de la nécessité de garantir le droit de vote à tous les citoyens résidant dans l’UE, il est impératif d’améliorer significativement la participation politique et publique de tous, en particulier la représentation des groupes vulnérables, marginalisés et exclus*, et ce à tous les niveaux de décision en Europe.

* Pour EYCA, sont considérés comme «vulnérable», «marginalisé» et «exclu» tout citoyen ou groupe de personnes qui serait victime de discrimination fondée sur son origine ethnique, sa nationalité, sa religion, son sexe, son genre, son âge, son handicap, son orientation sexuelle, son statut social ou autre (et notamment les personnes souffrant de pauvreté, de problèmes liés à leur statut migratoire, de résidence ou de détention) et qui serait désavantagé par de telles discriminations. Du coup ça fait pas mal de monde tout ça…

 

 

IMGE 3
 
Les médias traditionnels et les nouveaux médias ont un rôle clé dans ce processus et ils doivent être utilisés pour contribuer à une meilleure communication et une meilleure compréhension entre les institutions de l’Union et les citoyens. Les institutions européennes et les États-membres doivent favoriser le développement d’un environnement responsable pour les médias, qui garantiraient un accès équitable aux questions européennes aux citoyens. A cet égard, la liberté de la presse, le pluralisme des médias et le respect du travail des journalistes doivent être particulièrement suivis.

 

 

 

Et si vous voulez lire les quelques 80 propositions restantes !

 

 

Il s’agit de Nous, il s’agit d’Europe! Pour une citoyenneté européenne démocratique

 

 

EYCA n’est pas la seule à défendre certaines idées dans le cadre de la campagne des élections européennes, du coup on fera un point sur ce que veulent les autres associations #dansuneprochainecase

 

 

 

Parce qu’ils font l’Europe

 

 

 

calFGFD

[shareaholic app=’share_buttons’ id=’5221517′]