SloveniegifLa Slovénie, vous savez c’est ce pays qu’on confond souvent avec la Slovaquie (ce qui donne du fil à retordre aux agents des postes des deux pays ) et dont on a un peu de mal à prononcer le nom de sa capitale, Ljubljana (Lïoublïana… facile !).
Première république de la fédération yougoslave à obtenir son indépendance de ladite fédération (c’était en 1991, avant que la situation s’envenime dans la région) ; la Slovénie – souvent présentée comme le bon élève de la région – a été la première ancienne république yougoslave à devenir membre de l’Union européenne (c’était en 2004, en même temps que la Slovaquie d’ailleurs).

 

 

 

Sinon, la Slovénie est connue pour…

 

La diversité de ses paysages et sa nature verdoyante (plus de la moitié du territoire est boisé)… Située entre les Alpes, la Méditerranée, la plaine pannonienne et le mystérieux Karst, il faut dire que la Slovénie est plutôt bien servie niveau montagne et nature !
Admirablement conservées jusqu’à nos jours (un tiers du territoire slovène est protégé par le programme européen Natura 2000), les richesses naturelles de la Slovénie sont une sorte de trésor national et le pays reste havre de biodiversité. Si son territoire occupe seulement 0,004 % de la surface de la Terre, la Slovénie abrite plus de 1 % de toutes les espèces vivantes et plus de 2 % de toutes les espèces terrestres et d’eau douce du monde (pas mal hein).

 

 

Ses montagnes donc :
velika-planina1

 

 

Ses grottes :
grottes

 

 

Ses ours bruns :
ours brun

(on essaie pas de vous attendrir, mais quand même)

 

 

 

Mais la Slovénie préférerait ne pas être connue pour…

 

Ses « effacés ». Ces résidents de Slovénie originaires d’une autre république yougoslave qui, après l’indépendance slovène, ont été illégalement radiés du registre slovène des résidents permanents (et privés de ce fait de leurs droits économiques, sociaux et politiques). En 1992, 1% de la population totale était concernée, depuis plusieurs décisions de justice ont été rendues contre cette radiation mais elles n’ont pas toujours été suivies des faits. Selon Amnesty International, le statut de plus de 10.000 personnes n’avait pas été rétabli en 2012 (d’autres sources estiment qu’ils seraient encore 6.000 à être dans cette situation, ce qui est déjà beaucoup trop). Les « effacés de Slovénie » ont d’ailleurs porté l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg (une marche de protestation avait été organisée en 2006).

 

En 2012-2013, la classe politique slovène a fait les frais du mécontentement des citoyens (ou les citoyens en ont eu marre de faire les frais de la corruption et des scandales financiers et l’ont fait savoir…) et plusieurs manifestations contre l’élite politique, rassemblant des milliers de personnes, ont été organisées dans les grandes villes du pays (ce qui n’était pas très courant dans ce petit pays réputé calme). On en a même parlé dans notre partie de l’Europe : Le Monde  ; la revue de presse d’Eurotopics ; le point par RFI.

 

 

 

 pour aller plus loin

 

Sur le site de la Commission européenne
Sur le site de Toute l’Europe
Sur le blog du journaliste et blogueur Florent Gaillard (qui est un peu une pépite)

 

 

 

Post scriptum :  Si tout ça vous a donné envie d’aller faire un tour en Slovénie, avant de prendre votre voiture pour vous y rendre, lisez cela ! (histoire de pas vous faire rouler…)

 

 

 

Parce qu’en Europe il y a la France et l’Allemagne, mais il y a aussi la Slovénie !

 

 

 

calFGFD

[shareaholic app=’share_buttons’ id=’5221517′]